Éco-conception de services numériques / Green IT

Eco-conception de services numériques
20/05/2019

Le numérique, sans pratique éco-responsable, peut être extrêmement consommateur d’énergie et avoir un impact environnemental négatif.

Or, pour les entreprises, les technologies numériques peuvent aussi faciliter des pratiques responsables (télétravail, limitation de l’usage du papier, etc. ).

Waya Tech, entreprise de services du numérique, a donc décidé de s’investir dans l’éco-conception. Elle s’appuie sur l’open source, le management agile ou l’éco-conception à tous les stades de ses développements : codage, architecture des applications ou des sites internet conçus, rédaction, médias optimisés…

70

La mémoire vive nécessaire pour écrire un texte a été multipliée par 70 en 12 ans. De 36 Mo (Windows 98 & Office 97) à 2 560 Mo (Windows 7 & Office 2010) !

15%

C’est la part des serveurs allumés dans le monde qui ne servent à rien. Ces serveurs émettent donc inutilement 3,8 millions de tonnes de gaz à effet de serre et coûtent 24 milliards de dollars par an.

79%

C’est la quantité d’’énergie consommée sur l’ensemble du cycle de vie d’un téléphone portable pour sa fabrication, contre seulement 19% pour la phase d’utilisation !

23%

C’est la part de la facture électrique du système d’information de l’entreprise due à son centre de données.

3

La durée moyenne d’utilisation d’un ordinateur a été divisée par 3 en 25 ans : de 10 à 3 ans.

70

Les facteurs possibles de réductions d’impact environnemental (climat, épuisement des métaux rares, etc.), en France et en Europe vont de 2 à 70.

Source : Alliance Green IT (http://alliancegreenit.org/green-it/indicateurs-chiffres-cles/#4%)

Quelques aspects de la façon dont l’éco-conception joue un rôle clé dans la démarche numérique sont détaillés ci-dessous.

IoT et création de valeur responsable

Éco-conception de services numériques / Green IT

La conception d’objets connectés (IoT) peut jouer un rôle clé dans la création d’une chaîne de valeur responsable.

Aujourd’hui, les outils numériques et notamment l’internet des objets, les puces RFID, les capteurs, permettent d’ouvrir la voie à de nouveaux services et à la création d’une nouvelle chaîne de valeur.
Par exemple, dans le cadre de l’économie circulaire, la chaîne d’approvisionnement (et donc de valeur) n’est plus linéaire. Sa destination n’est pas plus finale, du producteur à l’utilisateur, mais s’inscrit en boucles successives. L’utilisateur “final” ne constitue plus qu’un maillon au sein d’une succession de différentes étapes, qui se prolongent après lui, après usage de sa commande.

Il s’agit, dans l’optique d’une économie circulaire, non seulement de ne pas interrompre ce flux mais surtout de l’optimiser au maximum.

L’internet des objets : une aide à l’éco-conception

C’est là qu’intervient la valeur ajoutée de l’internet des objets.

Pour une entreprise de transport et de logistique, par exemple, l’optimisation des flux est au cœur de son activité afin de garantir une continuité maximale. Cela nécessite des services nouveaux et de plus en plus précis : suivi des stocks de pièces détachées de ses véhicules, identification et sélection des produits en fin d’usage pouvant être réemployés (éventuellement dans d’autres chaînes de valeur), séparés des produits en fin de vie dont certaines pièces peuvent, quant à elles, être réutilisées et/ou réusinées.

Pour que la logistique ne soit plus seulement une question de gestion de flux « allers » et « retours », mais crée une valeur nouvelle, les objets connectés deviennent des relais indispensables.

Ils permettent la traçabilité des objets (origine, localisation, état, disponibilité), la mise en place, beaucoup plus finement qu’avec une GMAO classique, d’une maintenance préventive et curative, voire prédictive. Cela induit une amélioration du taux de récupération des objets en fin d’usage pour être réutilisés, remanufacturés ou recyclés.
Chacun de ces aspects a naturellement sa place dans une démarche globale RSE : accès multi-acteurs à l’information (producteur, développeur, designer, utilisateur, recycleur…), traçabilité, pris en compte de l’ensemble des parties prenantes.

Dans le cadre de la prise en compte de l’éco-conception et de l’impact global de son activité, Waya Tech est particulièrement attentive à l’aval de sa production, c’est-à-dire à son offre d’hébergement.

Hébergement éco-responsable – Data center « vert »

Éco-conception de services numériques / Green IT

Pour son offre d’hébergement, Waya Tech s’assure d’avoir des serveurs performants, fiables, sécurisés et éco-responsables.

L’impact écologique de l’hébergement est difficile à percevoir pour de nombreux utilisateurs. On stocke ses données dans un endroit non localisé précisément, que tout le monde nomme désormais « le Cloud », le nuage, ce qui empêche bien souvent la prise de conscience que le transport de la donnée (data) et son stockage dans un Data center consomment une quantité très importante d’énergie. Par exemple, un Data center moyen, soit de 10 000 m²  environ, consomme ainsi autant que la ville d’Annecy (51 000 habitants)(Dalkia – 2013).

Efficacité énergétique

De ce fait, il est important que le secteur améliore son efficacité énergétique.

Des efforts peuvent être faits tant au niveau de la production de données que dans le stockage inutile de données qui ne sont jamais réutilisées.

Par exemple, l’ADEME a calculé que l’envoi d’un e-mail intégrant une pièce jointe de 1 Mo génère un équivalent CO2 de 19 g. Les salariés des entreprises envoyant en moyenne 33 e-mails par jour, l’équivalent carbone dégagé sur l’année pour 100 personnes sera de 22 aller-retours en avion Paris / New York.

Par ailleurs, 100 % de l’électricité consommée par l’IT se transforme en chaleur. Ce phénomène nécessite un refroidissement des équipements du Data center, et une réflexion sur l’amélioration de ses performances énergétiques.

Éco-conception de services numériques / Green IT
Projet IPERIX de la société 2SREI, commune de MAZAN (Vaucluse). Projet conçu pour une efficacité énergétique maximale.

Pour cela, dans le cadre de son offre d’hébergement, Waya Tech fait appel à des prestataires ayant mis en place des solutions responsables, en cohérence avec l’ensemble de sa démarche :

  • pour moins chauffer
  • donc nécessiter moins de refroidissement
  • limiter l’impact carbone
  • et récupérer au mieux l’énergie / la chaleur résiduelle produite malgré tout.

L’éco-conception pour Waya Tech

Waya Tech prend en compte chacun des axes du numérique responsable que sont l’éco-conception des codes applicatifs, les objets connectés et l’hébergement « vert » pour offrir à ses clients une offre innovante, à la hauteur des enjeux sociétaux.

Waya Tech s’engage en outre pour ces raisons dans la démarche CEDRE Région Sud, pour le développement responsable des entreprises, et a intégré la communauté Lucie 26000 pour être labellisée RSE.

sophie-husson

Poster un commentaire

Commentaires publiés

Pas de commentaire.

Ces articles peuvent également vous intéresser :

Télétravail

Le télétravail

D’après l’article L. 1222-9 du Code du travail, le télétravail est défini comme « toute forme d’organisation du travail dans laquelle […]

Lire la suite

le bien-être au travail : une priorité pour votre ESN avignonnaise

Le bien-être au travail : une préoccupation majeure pour les entreprises

Le travail : du simple gagne-pain à l’épanouissement personnel Longtemps, le travail a été assimilé à la souffrance : dans notre culture […]

Lire la suite

Regards Croisés

Regards croisés : rapprochons les entreprises des universités !

Jeudi dernier, le 17 octobre 2019, Hervé Millet s’est rendu à l’université d’Avignon pour l’événement Regards Croisés qu’il organisait. De […]

Lire la suite

internet des objets connectés (IoT)

Innovation et IoT

Usages et technologies évoluent ensemble dans les objets connectés Aujourd’hui, l’innovation numérique prend, de plus en plus souvent, la forme […]

Lire la suite